Compte Rendu 11 décembre à Verdun PDF Imprimer Email
Écrit par lapeloradmin   
Lundi, 18 Février 2019 00:00

 

 JOURNEE LAPE Lorraine  11 décembre 2018 à Verdun « Les questions incontournables sur le fonctionnement d’un Lieu d’Accueil Enfants-Parents : supervision, partenariat et relations externes, mixité culturelle et sociale, confidentialité, règlement».

 Lieux d’accueil enfants-parents et nombre de personnes présentes :

15  lieux et 33  personnes dont 27 accueillants, 3  membres du CA (non accueillant) et 3 partenaires

Moselle :  7 lieux d’accueil enfants-parents (15 personnes)

Ribambelle et Farandole (Creutzwald) : 2 personnes, Maison des jeux (Fameck) : 3 personnes, La cour ensoleillée (Metz) : 2  personnes, L’Escale (Uckange) : 3 personnes, Lieu itinérant (Boulay, Bouzonville, Piblange, Falck) : 3 personnes, Petit Château (Forbach) : 2 personnes

Meurthe et Moselle : 5 lieux d’accueil enfants-parents (7 personnes)

Petit prince (Pont à Mousson) : 1 personne,  le Petit jardin et les Petites grenouilles (Homécourt) : 3 personnes,  La Parent’aise (Longwy) : 1 personne,  Vandoeuvre: 2 personnes

Meuse :  3 lieux d’accueil enfants-parents (5 personnes)

Arc en ciel (Verdun) : 2 personnes, Cité Verte (Verdun) : 1 personne, Le Petit Train (Verdun) : 2 personnes

 

Vosges : 0

Compte-rendu de la journée :

Présentation du centre social  et culturel Kergomard qui héberge le lieu d’accueil enfants-parents « Arc en ciel » :

Mme Guillet, directrice du centre social présente les activités, projets menés par le centre social implanté dans le quartier des Planchettes de la ville de Verdun (19 000 habitants, 3 centres sociaux). Le quartier est concerné par un dispositif Contrat Politique de la Ville.

18 salariés travaillent dans le centre social qui comprend plusieurs pôles : secteur petite enfance (LAEP, Halte, Atelier parents-enfants), enfance (3 à 10 ans, accueil de loisirs, ateliers, activités sportives), secteur jeunesse (adolescents) ,adultes et familles (sorties, loisirs…). Le lieu d’accueil enfants-parents « Arc en ciel » est un formidable dispositif pas toujours évident à présenter aux familles, ce n’est pas facile d’appréhender ce lieu. Un livret présentant les lieux d’accueil enfants-parents de Meuse a été réalisé et travaillé au sein du réseau animé par la CAF de Meuse, c’est un support différent et intéressant pour découvrir ces structures et motiver les parents à franchir la porte.

L’association LAPE Lorraine remercie L’équipe d’accueillants  du LAEP d’accueillir cette journée ;

 

Organisation de la journée :

C’est une journée sans intervenant extérieur, les membres du CA de l’association ont fait le choix de retravailler sur les fondamentaux suite aux remarques  écrites par les participants aux précédentes journées : frustration liée au temps imparti qui ne permet pas toujours d’approfondir, de reposer des questions, d’évoquer des préoccupations des équipes d’accueillants.

Formation de petits groupes :La consigne : écrire des mots clé sur le thème proposés.

 

Synthèse des ateliers :

Première thématique : la Confidentialité :

Mots clé :

·         Secret professionnel-

·         Difficulté dans la prise de décision lorsqu’on décide de rompre la confidentialité (ex : constat de maltraitance dans une famille).

·         Difficulté de la conserver

·         Importance de la non confidentialité entre accueillis-

·         liberté d’expression.

·         Rappel des règles de la confidentialité aux familles- Entre les familles/accueillis-

·         Anonymat- Confiance- sécurité/intrusion-

·         Bilan annuel

·         Transparence du partage entre accueillants- Jusqu’où ?

 

Qu’est-ce que c’est « la confidentialité », comment la définir ?

Tout ce qui se dit dans le lieu d’accueil enfants-parents  reste dans le lieu : les paroles sont sécurisées. Ce qui se dit à une accueillante est partagé en équipe : ce postulat est dit aux parents.

Pourquoi est-ce important de partager en équipe ? Il est Important de se décharger, de partager les ressentis, les regards pour comprendre mieux la situation. Cela permet également d’éviter les relations exclusives entre accueillant et accueilli, l’accueillant pourrait être « manipulé ».

Qu’en est-il du respect de la confidentialité pour les accueillis ? Nous n’avons pas toujours la maîtrise de ce qui se passe, si des paroles partent ailleurs, mais il faut rappeler la règle de confidentialité aux accueillis, l’afficher.

 

L’accueil dans l’ « ici  et maintenant» touche quelque chose d’important : il se construit avec ce qui se vit dans le lieu et pas avec ce qui est importé de l’extérieur.

Comment être au clair avec les partenaires sur cette question de la confidentialité ? Exemple : une assistante sociale appelle le lieu d’accueil enfants-parents pour savoir si telle personne est venue.  Il est important de poser un cadre et de communiquer avec les partenaires sur ce cadre. Dans l’exemple donné : le professionnel extérieur est invité à questionner directement  la famille mais pas le lieu. C’est parfois difficile d’apprendre que des parents ont des injonctions de fréquentation de lieux d’accueil enfants-parents. Les lieux peuvent être instrumentalisés : « On est une « bonne » mère si on fréquente un lieu d’accueil enfants-parents.

 

Par rapport à l’instrumentalisation : il est important d’avoir de bon reflexes de transparence envers les familles. Parfois, les équipes peuvent être coincées avec les liens  noués avec des collègues, exemple : une collègue du multi accueil demande : « Est-ce que cette maman vient au lieu d’accueil enfants-parents parce que je lui ai dit de venir car la séparation se passe mal… »

Certains parents demandent parfois des attestations au lieu pour un jugement (divorce par exemple). Les lieux n’ont pas à fournir d’attestations, c’est un positionnement éthique que prend l’équipe de donner ou pas, ce n’est pas inscrit dans la loi.

 

Dans quelles circonstances, la confidentialité et le secret professionnel  peuvent être levés ?

Quand il y a maltraitance : un signalement, une information préoccupante peuvent être faits.

Proposition : l’équipe peut avertir la famille qu’elle va appeler pour communiquer une information préoccupante en citant des observations, des paroles entendues et des faits. Elle communique à la famille ce qui va être rapporté et invite la famille à être présente quand l’équipe va appeler. Dans ces conditions de transparence, on peut continuer à travailler avec les familles concernées.

 

Est-on vraiment dans l’anonymat ?

Il y a différentes façons de fonctionner, certains lieux d’accueil qui dépendent de centres sociaux demandent aux familles de prendre une carte d’adhésion au centre social. Dans la plupart des cas, ce n’est pas l’équipe d’accueillants qui gère les adhésions. Les autres lieux ne demandent que le prénom, l’âge de l’enfant, éventuellement la ville, le quartier d’origine. La spécificité des lieux d’accueil enfants-parents c’est qu’il n’y a pas de formalités administratives, pas besoin de s’inscrire. La gratuité aussi est importante pour beaucoup de familles. Certains lieux interpellent les parents  par leur prénom, d’autres préfèrent dire « la maman de …, le papa de … »

Important : S’il y a anonymat : la confidentialité est plus facile à tenir. L’anonymat est une garanti supplémentaire donnée aux familles.

Attention : dans les bilans d’activités ne pas citer, illustrer par des cas, même en transformant les noms peut reconnaitre les situations.

 

Seconde thématique : le Règlement :

Mots clé :

·         Trop de règles tuent les règles

·         Présentation progressive des règles aux familles

·         Sanctions

·         Repères pour les familles

·         Cadre fait par l’équipe : base indispensable (agrément, horaires, responsabilité…) formulation implicite et explicite.

·         Evolution du règlement

·         Ecoute du public

·         Support à l’échange

·         Formulation positive

·         Sécurisation

 

Pourquoi un règlement ?

Pour la majorité des lieux d’accueil enfants-parents : il faut un cadre de référence qui concerne le fonctionnement du lieu, le vivre ensemble. Ce n’est pas toujours facile de poser les règles. Il faut pouvoir tenir le cadre sinon il peut y avoir des débordements.

Important : la façon dont le règlement est abordé. Les mots sont important  : exemple il est souhaitable d’éteindre votre portable à la place de « L’usage du portable est interdit ». C’est plus efficace de formuler de façon positive : « On mange à table » « le portable reste dans le sac ».

Le cadre fait autorité mais ce n’est pas pour autant que nous sommes autoritaires. Les règles sont au service de notre projet. Un règlement est vivant, il peut être modifié selon les situations vécues. Certains lieux d’accueil utilisent des photos pour illustrer les règles, du coup c’est plus facile à comprendre surtout pour les familles qui ne maîtrisent pas la langue française.

 

Un règlement co construit avec les familles ?

Est-ce qu’on construit le règlement d’un Lieu d’Accueil Enfants Parents avec les parents ? Il peut être intéressant d’en parler avec eux, de les impliquer.

Pour autant, le règlement existe dès l’ouverture du lieu, avant même l’arrivée des premières familles. Après, quand il est retravaillé, on peut associer les parents qui peuvent dire ce qui les perturbe ou prendre conscience de la gêne occasionnée par certains comportements (par exemple des parents qui ne se rendent pas compte de la gêne occasionnée quand ils répondent à un coup de fil.

 

Quand il y a transgression : quelles sanctions ?

La question de l’inacceptable est à travailler en équipe : l’exclusion peut être une solution pour assurer la protection du lieu, elle peut avoir un effet positif sur les accueillis. Quand il est dit des propos racistes par exemple, l’équipe d’accueillants peut demander un courrier d’excuses à destination des personnes touchées.

Pour incarner le rôle de porteur des règles, il faut être convaincu, ne pas avoir peur d’être vu comme le « méchant », les parents doivent savoir éduquer avec deux axes : l’empathie et la règle, nous les accueillants ne devons pas perdre de vue ces axes qui sont également valables à l’égard des personnes qui fréquentent nos lieux.

 

Mots clé d’autres thématiques non débattus en grand groupe :

La Supervision :

Critères pour le choix du superviseur : connaissance de la « philosophie » des lieux d’accueil enfants-parents.

·         Décharger

·         La supervision est nécessaire

·         Limites de notre métier

·         Apport d’information

·         Recadrer

·         Moments de retrouvailles (trajets compris) entre collègues

·         Déposer les émotions, les problématiques

·         Evacuer les frustrations

·         Rappel théorique par rapport à l’enfant

·         Analyser

·         Réfléchir

·         Aller plus loin

·         Donner d’autres pistes de réflexion

·         Recul sur les situations

·         Regard neutre

·         Visions différentes entre accueillants

·         Médiation entre accueillants

 

Troisième thématique : la mixité sociale et culturelle :

·         Elle permet des échanges de compétences, d’expériences entre parents

·         Une confrontation aux savoir-être et savoir-faire des Autres

·         Importance de la qualité de l’accueil de chacun et de la présentation des familles les unes aux autres pour favoriser leurs échanges.

·         Des freins parfois (effet « clan », barrière de la langue)

·         Echanges autour des différentes « parentalités »

·         Connaissances de rites et traditions divers

·         Opportunité du lieu de tous les possibles

·         Valorisation

·         Ouverture d’esprit

·         Neutralité

·         Respect

·         La mixité est primordiale

·         La mixité casse les codes

·         Vigilance des accueillants

·         Mixité recherchée par les familles

·         Partages

·         Création d’amitié, de liens

 

Quatrième thématique : le partenariat et les relations externes :

·         Orientation des familles

·         Manque de temps des accueillants pour nouer des partenariats

·         Comité de pilotage important

·         Communication importante

·         Difficultés à se faire connaitre, à expliquer ce qu’est un lieu d’accueil enfants-parents

·         Liste des partenaires : écoles, médecins, professionnels de la santé, PMI, travailleurs sociaux, maternité, pédiatrie, multi accueil, RAM, sage-femme, CMP, CIDFF, mairie, communauté de commune, autres lieux d’accueil enfants-parents, partenaires privés, presse, site internet, associations.

 

Présentation du lieu d’accueil enfants-parents « Arc en ciel » :

«Les Papillons joyeux» (premier nom du lieu) a ouvert ses portes en 1999 mais n’a été reconnu comme lieu d’accueil enfants-parents qu’en 2004, parce que le lieu partageait au début des locaux communs avec la halte d’enfants. Le quartier d’implantation du lieu a été réhabilité. Pendant les travaux, il a fallu trouver d’autres locaux provisoires. Les familles ont suivi malgré des problèmes de chauffage. Le lieu a ensuite réintégré le centre social Kergomard rénové dans une salle qui lui est dédiée. Le quartier où est implanté « Arc en ciel » abrite 40 % de familles monoparentales, il y a beaucoup d’hommes seuls. Le lieu est ouvert deux matins par semaine : mardi et vendredis de 9h à 12h. L’équipe est composée de deux accueillants. Le lieu a une capacité d’accueil limitée à 15 enfants , il accueille en moyenne 10 à 11 enfants par séance d’ouverture. Il y a une bonne mixité sociale, beaucoup de bébés. Il n’est pas envisagé pour l’instant d’ouvrir davantage, il y a  un autre lieu d’accueil dans la ville de Verdun « La Maison des petits pas ». Certaines familles fréquentent les deux lieux, les horaires d’ouverture ne se chevauchent pas. Le quartier des Planchettes accueille plusieurs structures :  centre médico-social, halte d’enfants, classe passerelle.

Financements : CAF, département 55, CEJ, Com com du « Grand Verdun »

 

Mis à jour ( Lundi, 18 Février 2019 15:41 )
 
© 2019 lapelor.net
ANEMOAPR08 15
Zurück zur Startseite Menü anzeigen Schriftgröße ändern - klein Schriftgröße ändern - mittel Schriftgröße ändern - groß